En vert et contre tous

 

Comme on dit, qui ne vaut pas une petite risette? Mais j’avoue que ça peut être plus ou moins dans un but léger, du genre pour détendre l’atmosphère. Cette image plus haut est un clin d’oeil qui se veut justement léger, mais qui n’est pas moins assez critique, vous en conviendrez. Mais bon, à chacun son humour et sa capacité à rire de soi.

Pour ma part, il y a quelque chose qui me fait beaucoup rire, et d’un rire sarcastique par-dessus le marché, ce sont les manifestations des carrés verts. C’est toujours une poignée de personnes, du style qu’on peut les compter assez rapidement, donc pas de risque de s’obstiner sur l’approximation…

J’ai vu passer sur Facebook une photo d’une de ces manifestations qui a eu lieu ce dernier samedi. Ils n’ont même pas réussi à se rendre à 20 personnes. En tout cas, s’il n’y a pas une foule nombreuse hors cadre, ça donne 19, pour être précis. J’aurais pu arrondir à 20, j’avoue. C’est mon côté sarcastique.

Si vous n’avez pas regardé la photo, je vais être obligé de vous pointer ce qui se trouve sur la banderole, parce que ça, c’est très drôle. Jaunement drôle, mais drôle quand même : « SILENT NO MORE » et « PLUS JAMAIS SILENCEUX ». Oui, oui, dans cet ordre! Un par-dessus l’autre. On sent une petite pique à l’endroit de la très méchante loi 101. Je dis petite parce que quand même on n’a pas poussé l’inversion jusqu’à mettre en plus petit la version française. Et je soupçonne que cette banderole est l’oeuvre d’un anglophone, parce que franchement la formulation est un peu boiteuse. On comprend ce que ça veut dire, mais « jamais plus silencieux » aurait été plus français, en tout cas plus CLASSE. Hé hé!

Et on sent dans ce slogan un lien avec le concept bancal de la « majorité silencieuse ». S’ils sont majoritaires, je leur souhaite de faire plus d’efforts que ça pour nous prouver qu’ils vont sortir de leur mutisme et nous parler intelligemment de leur vision de la société, au lieu d’en laisser quelques-uns tout gâcher. Je dis ça, mais je sais bien que pour épater la galerie, la profondeur intellectuelle n’est pas très souvent requise.

Pour certains, il suffit de lancer « il n’y a rien de gratuit dans la vie » pour recevoir des applaudissements. Ou, encore mieux : « dans la vie, tout coûte toujours plus cher, alors la hausse va de soi »… Ce sont des lieux communs, des syllogismes, et parfois ça me fâche tellement d’entendre toujours les mêmes refrains que mon but ultime, c’est maintenant d’en rire. Et ça tombe bien parce que le plus drôle du lot est justement le grand patron du Festival Juste pour rire…

Encore, une chose en expliquant peut-être une autre, Gilbert Rozon sait très bien que les étudiants n’ont pas les moyens de se payer des billets pour ses spectacles d’humour.

Pascal Léveillé

Cofondateur et rédacteur en chef chez Le République
Cofondateur et rédacteur en chef du site Le République (anciennement Le Globe). Blogueur depuis 2007. C'est maintenant ma manière principale d'être créatif, alors que j'ai touché à l'art visuel (études à l'appui), au chant, à la musique et à l'écriture plus fictionnelle.
Justement, j'ai un roman en branle et j'espère pouvoir inscrire ici un jour que je suis aussi écrivain...

Vos réactions :