Tout le monde en jase – 30 septembre

 

Pour moi, ce fut une émission en montagnes russes, passant de l’endormant à l’intéressant d’une entrevue à l’autre.

Éric Gagné et Martin Leclerc

Pour ceux qui lisent cette chronique depuis le début, vous êtes déjà au courant que tout ce qui touche aux sports me laisse froid. Mais quand même, il était question de dopage, et plus particulièrement des hormones de croissance, ce qui était tout à fait inédit pour moi.

En discutant sur Twitter, j’ai donc appris qu’on s’en servait dans les sports, en musculation et pour aider les enfants qui ont des retards au niveau physique. Eh! ben!

Fait à remarquer, il y a eu un montage de moments forts de la carrière d’Éric Gagné et j’aimerais dire, en tant que DJ, que le choix musical pour l’accompagner était insupportable. Malaise auditif.

Quelques tweets que j’ai pointés durant ce segment :

(En réaction aux propos d’Éric Gagné qui disait qu’il n’était pas le seul à se doper. Il affirmait même que c’était 80% des joueurs.)

 

 

  Nicolas Marceau Le nouveau ministre des Finances semblait être attendu avec des briques et des fanaux après le scandale de la rétroactivité et de la hausse des impôts des mieux nantis à la suite de l’abolition de la taxe santé. Il s’est fait cuisiner par Guy A. Lepage comme rarement on cuisine un politicien sur ce plateau. En soi, le personnage n’est pas des plus flamboyants, mais bon, comparé à son prédécesseur, Raymond Bachand, il dégage quelque chose de sympathique. En tout cas, il ne semblait pas faire l’unanimité :

Pour ce qui est du sujet dont il venait discuter, je l’ai déjà écrit, le PQ devrait transformer la taxe santé en augmentation générale des impôts. Il faudrait que la classe moyenne paye aussi un peu pour faire passer la pilule… Sinon, en regardant cette section, j’avais constamment en tête la position de Guy A. Lepage par rapport à ces questions. Parce qu’il y a eu cette semaine un article de février 2011 qui a été relayé allègrement, beaucoup pensant (je me suis fait prendre aussi) que c’était un article récent . On y faisait état de la décision de Guy A. Lepage d’enlever de TLMEP une entrevue avec Brigitte Alepin, une fiscaliste de réputation internationale qui « dénonce les riches qui ne paient pas d’impôt et la classe moyenne qui en souffre ».  Il arguait que ce n’était pas pertinent. Force est d’admettre qu’en regard de ce qui se passe en ce moment, cela trouve un drôle d’écho aujourd’hui. Par contre, je ne crois pas qu’il faille trop forcer les liens, d’autant plus que c’est quand même très loin. D’ailleurs, aussitôt que j’ai su que ça datait d’aussi longtemps, j’ai retiré mon tweet et mon statut Facebook, m’efforçant de remettre les pendules à l’heure aussitôt que j’en avais l’occasion. Donc, quand même, plusieurs, dont moi (surtout par curiosité), se demandaient quelle était sa position réelle là-dessus. Il a répondu via Twitter :

 

Je ne commenterai pas plus longuement.

Quelques tweets :

 

 

 

 

Dominique Michel

Ah! Dodo! C’est difficile de ne pas l’aimer. Moi-même, je vais même jusqu’à lui pardonner d’être fédéraliste (détail que j’ai su plus tôt cette semaine). Mais, sachant qu’elle allait côtoyer quelques souverainistes sur le plateau, je n’ai pas pu m’empêcher ce tweet, devant son tailleur rouge vif :

Et comme le disait, Michel Giroux :

  Fait à noter, elle a vanté gros comme le bras le système public de santé québécois qui lui a permis de se faire soigner gratuitement. Comme elle le disait, si elle avait été aux États-Unis, tout son argent y serait passé! On oublie souvent ça… Sylvain Cossette et Andrée Watters

C’est seulement une impression, mais je ne crois pas que le public de TLMEP est vraiment très friand de ces deux-là. En tout cas, du côté de Twitter, une bitcherie n’attendait pas l’autre. C’est dommage, mais c’est trop facile de rire de Sylvain Cossette comme usine à production d’albums de reprises et d’André Watters qui s’y met aussi en plus de prendre un trop drôle de tournant country :

 

Et je n’ai pas besoin d’entendre plus que les extraits pour dire que son album de reprises est du sacrilège. Il ne faut pas faire ça à de bonnes chansons…

Même si je n’aime pas du tout, je respecte ce qu’ils font quand ils font du matériel original, mais aucunement cette manie de revisiter les classiques du passé. Si je puis faire une image, c’est comme s’ils mettaient la sableuse dans des oeuvres riches de profondeurs et d’aspérités pour les lisser. C’est mal et ça fait mal à mes oreilles quand je fais mon marché.

Pour ce qui est de l’entrevue, elle était trop longue alors que la suivante était beaucoup trop courte.

Jean-Martin Aussant et Danielle St-Amand

Le chef d’Option nationale et la députée de la circonscription où se trouve Gentilly 2 ont croisé le fer au sujet de la décision du PQ du fermer la centrale nucléaire. Je ne suis sans doute pas objectif, mais tout ce que j’ai trouvé d’éloquent du côté de Danielle St-Amand était sa capacité à avoir l’air bête et de mauvaise foi. Pour ce qui est de Jean-Martin Aussant, c’était limpide : ça serait un non-sens de mettre des milliards pour sauver 800 emplois alors que le nucléaire est très dangereux et qu’il serait très possible de faire beaucoup mieux avec tout cet argent.

Moi je pense qu’il :

D’autres réactions :

 

 

 

 

Adam Cohen

Il disait avoir tout fait pour ne pas ressembler à son célèbre père, Leonard Cohen, mais, visiblement, ça l’a rattrapé. Et ce n’est pas du tout désagréable. Mais j’aimerais quand même entendre le plus possible sa singularité. Je lui souhaite.

Il a fait un plaidoyer vibrant et touchant pour le fait français et venant d’un anglophone, dans l’après-Bain, c’est plutôt constructif. À la question de savoir si le français est menacé, il a répondu : « Oui, oh! my God! » Et après avoir dit que l’anglais n’est pas du tout en danger, j’espère qu’il ne deviendra pas le mouton noir de sa communauté… D’autant plus qu’il a expliqué avoir été outré de s’être fait demander, en Ontario si je me souviens bien, à notre propos : « Pourquoi ils veulent tant parler français? »

Décidément, plus de Adam Cohen, moins (ou plutôt pas du tout) de Bain.

Pascal Léveillé

Cofondateur et rédacteur en chef chez Le République
Cofondateur et rédacteur en chef du site Le République (anciennement Le Globe). Blogueur depuis 2007. C'est maintenant ma manière principale d'être créatif, alors que j'ai touché à l'art visuel (études à l'appui), au chant, à la musique et à l'écriture plus fictionnelle.
Justement, j'ai un roman en branle et j'espère pouvoir inscrire ici un jour que je suis aussi écrivain...

Vos réactions :