Le cellulaire africain

Au début du mois de janvier, je suis parti au Sénégal travailler pour une ONG Canadienne dans un programme Ouest-Africain.

Ce Nokia, un des modèles les plus communs, a une batterie pouvant durer 1 semaine

La technologie a des effets différents en Afrique. D’abord, il faut savoir que très peu de produits ont été faits en pensant aux Africains; ce n’est pas rentable d’habitude. La majorité des produits électroniques envoyés au Sénégal étaient d’abord pour le marché américain ou des copies destinées au marché émergent de la Chine. Il y a d’énormes barrières qui différencient les Chinois ou les Occidentaux des Africains.

Les téléphones portables

Un domaine technologique qui a bien fonctionné, par contre, c’est celui des téléphones cellulaires. Et s’il y a une compagnie qui a compris que le marché africain était différent du reste du monde, c’est le conglomérat Coréen Samsung. Leur publicité de cellulaires : « Conçus pour l’Afrique », fait un carton. Ça leur permet de vendre leurs cellulaires à plusieurs, mais aussi des télévisions et de l’air conditionné, dans les ménages les plus riches. Didier Drogba, le champion de football de la Côte d’Ivoire, est aussi une de leurs têtes d’affiche. Un bon coup de publicité, quoi!

À cause de ça, Samsung est aussi le fabricant de cellulaires le plus copié. Quand vous avez un Samsung, on vous demande souvent si c’est un Samsung « original » ou un Samsung chinois. Parce que quand vous êtes en Afrique, vous savez parfaitement si vous détenez une copie chinoise ou un produit original. Il n’y a pas de mensonges sur la contrefaçon.

Une rallonge à mon bureau. On y chargeait de 5 à 10 téléphones par jour

Les lignes fixes

Au Sénégal, vous ne trouverez pas de réseaux de lignes fixes. Tout est sans fil. Au mieux, vous pourrez trouver un téléphone qui ressemble à une ligne fixe, avec une énorme antenne sans fil afin d’avoir un meilleur réseau. Ces téléphones sont parmi les meilleurs, parce que leur antenne permet d’aller chercher un réseau plus élargi et qu’il offre un meilleur signal. Ceux-ci permettent aussi, d’habitude, d’accéder à l’internet s’ils sont connectés à un ordinateur. Mais dans le cas de ces téléphones, leur fonctionnement ressemble plus à celui d’un gros téléphone cellulaire; ils captent les ondes des tours de transmission et ont un bloc d’alimentation pour charger leur batterie interne.

Les crédits de cellulaire

Dans le pays, trois fournisseurs de réseau de téléphonie existent : Tigo, Sonatel (avec le réseau Orange, qui est le même type de réseau qu’en France) et Huawei (et le réseau Expresso). Les trois fournisseurs offrent des cartes à puce que l’on insère dans son téléphone pour l’activer instantanément.

Certains téléphones permettent d'avoir 2 cartes à puce pour s'abonner à deux fournisseurs de téléphonie cellulaire et bénéficier de leurs promotions. Cela permet aussi d''utiliser la connection avec le meilleur réseau, quand on voyage beaucoup.

Au Québec, les forfaits de cellulaire viennent habituellement avec des contrats et une balance, ou un truc du genre. On vous offre un abonnement avantageux, par mois. Et finalement, le réseau a toujours la même qualité, peu importe que vous soyez inscrits avec Télus, Koodo, Bell, PublicMobile, etc. Souvent, ils se partagent des tours de retransmission.

Au Sénégal, chacune des trois compagnies a ses propres tours de transmission. Expresso n’utilise pas les tours de Tigo. Le signal varie donc en qualité, dépendant du village où vous vous trouvez. Sonatel étant là depuis plus longtemps, le réseau Orange est celui ayant la meilleure qualité, quoique Expresso s’améliore de plus en plus. Tigo offre surtout des forfaits pour les gens vivant dans les grandes villes, où le signal est bien meilleur. C’est aussi un réseau qui coûte beaucoup moins cher.

Il n’y a pas de forfaits mensuels au Sénégal. Tout fonctionne avec des crédits en achetant des petites cartes. On peut charger des montants aussi bas que 100 CFA (équivalent à 0,20$ Canadiens) dans un téléphone, ce qui permet de parler environ 1 minute 30. Les trois fournisseurs font aussi des promotions, au moins une fois par mois, où pendant une certaine période de temps, toute recharge de téléphone cellulaire vous donnera des crédits supplémentaires (promo 50%, 100%, etc.).

Une conversation Sénégalaise

Au moins une personne par ménage a un téléphone portable au Sénégal. C’est comme ça aussi dans plusieurs villages qui n’ont pas l’électricité; on choisit un téléphone avec une meilleure batterie et on le charge quand on va dans un village ayant du courant. Mais la durée d’un appel est aussi un symbole de richesse. Comme les appels entrants sont illimités, lorsque vous appelez quelqu’un, plus vous parlez longtemps, plus vous prouvez que vous avez de l’argent.

Certaines personnes vont parler au téléphone pendant 5, 10 minutes. Mais le contraire est aussi vrai. Dans plusieurs cas, une conversation qui, en personne, durerait 2 minutes, peut facilement durer 10 secondes sur un portable. Quand vous êtes pressés, vous avez le temps de dire bonjour, demander comment va la famille et de demander à quelqu’un de ramener un poulet pour souper en l’espace de 15 secondes (par expérience, je l’ai fait). Une recharge de 100 F peut donc facilement durer 6 ou 7 appels.

Le cellulaire est une technologie qui a bien fonctionné au Sénégal. Avec l’exode rural, plusieurs familles se sont séparées et éloignées. Un membre d’un village a souvent un membre de sa famille à Kaolack, à Dakar ou à Saint-Louis, à une demi-journée de son lieu de naissance. Les Africains aiment beaucoup communiquer, rester en contact et montrer à leur famille qu’elle est importante pour eux. Le cellulaire a donc permis à une population qui s’éloigne de plus en plus de rester proche l’une de l’autre.

Vous voulez une technologie qui fonctionne en Afrique? Pensez aux Africains. Pensez à leur mentalité. Et vous aurez un produit qu’ils utiliseront.

 Cet article fait partie de ma série sur le Sénégal

P.S. Je tenais à le dire, mais au Sénégal, il n’y a pas d’iPhone. Apple rafle 66% du prix de son téléphone, qui coûte environ 200$ à fabriquer (mais est vendu à 600-700$). Ce n’est pas quelque chose d’acceptable sur le marché africain. Les riches achètent un téléphone Samsung à 200-400$ fonctionnant avec Android. La qualité est comparable à celle d’un iPhone, pour la moitié du prix.

Maxime Payeur

Ancien président d'associations étudiantes récemment de retour de 6 mois de travail au Sénégal. Passionné d'alimentation, de biotechnologies, d'enjeux internationaux. De quoi donner plusieurs regards sur une même réalité.

Vos réactions :