Patrick Bazin – La bibliothèque au XXIème siècle : des changements profonds

En guise d’introduction au Congrès des Milieux Documentaires 2012, à Montréal, Patrick Bazin, directeur de la Bibliothèque publique d’information (BPI) – Centre Pompidou (Paris, France), nous livre sa perception des évolutions qui ont frappé les bibliothèques durant ces dernières années.

Patrick Bazin explique les nouveaux défis pour les bibliothèques

M. Patrick Bazin « est un homme à idées », « il nous pousse à développer de nouvelles solutions » lance le chef de la direction de Mondo-In, M. Ronald Brisebois, en donnant la parole à son invité. L’actuel directeur de la Bibliothèque Publique d’Information – Centre Pompidou (Paris, France) a tout d’abord brièvement évoqué son parcours : « De 1992 à 2010, j’ai dirigé la bibliothèque de Lyon, l’une des premières à s’informatiser. Mondo-In a mis en place le système en question ». C’est à cette occasion que celui-ci a développé un intérêt prononcé à l’égard de l’innovation au sein de ce type d’institution. “Je ne suis pas du tout un « geek » mais cela ne m’a pas empêché de m’intéresser à la relation existant entre les technologies et les bibliothèques, et la culture dans son ensemble. En effet, dès les années 90, j’ai été amené à m’interroger sur les évolutions des technologies et à leur application dans les bibliothèques ». M. Bazin a notamment participé à la conception de la future Bibliothèque Nationale de France (BNF), « j’ai préconisé le déploiement de technologies avancées, les postes de lecture assistée par ordinateur (PLAO), par exemple ». « Ronald Brisebois m’a proposé d’assister au CMD 2012, j’ai tout de suite accepté » continue M. Bazin, « j’ai tendance à mêler l’analyse et la mise en application des technologies, j’apprécie ce type de problématiques».

“Les technologies les plus anciennes subsistent, elles sont modifiées par les innovations qui sont introduites par la suite”

Celui-ci est directeur de la BPI depuis près de 2 ans et il assistait aujourd’hui à la présentation de Mondo-In Presse, l’un des dispositifs les plus innovants initiés par l’institution de renom qu’il gouverne. « Ce projet peut paraître éloigné des fonctions de base des bibliothèques, il peut en effet sembler être un gadget, je suis accoutumé à rencontrer des remarques de ce type. J’estime pourtant qu’il est essentiel d’innover et d’expérimenter » souligne Patrick Bazin. L’innovation est en effet dans les gènes de ce type d’établissements et est essentielle à sa subsistance. « Les bibliothèques s’inscrivent dans une histoire qui se construit par ajouts technologiques successifs. Les technologies les plus anciennes subsistent, elles sont modifiées par les innovations qui sont introduites par la suite”.

Du livre à Internet

M. Bazin a par ailleurs insisté sur l’importance du livre:

« Le livre est d’abord un opérateur de communication et de transport des fameuses “capsules de sens” [le savoir]. Aussi, les conversations se situent à la base des activités culturelles et le livre a justement permis de les étendre à travers le temps et l’espace. Par le biais d’arrêts sur image, « l’ordre du livre » a ainsi amplifié ce système de communication. Internet continue la saga de cette conversation et ce en ne s’appuyant plus sur des “capsules de savoir” « figées » mais sur des informations beaucoup plus ouvertes et dynamiques ». Celui-ci n’enterre cependant en rien ce support,« un livre peut s’interpréter de manière illimitée. Il est, en soi, un outil technologique parfait. Entre les premiers manuscrits historiques et les ouvrages actuels, cet objet s’est fortement perfectionné, à travers sa mise en page notamment ».

Une autre mutation majeure concerne la création du savoir, « elle a longtemps impliqué une forte séparation entre la conception et l’usage, entre ceux qui le produisent et les individus qui s’en nourrissent. En France, ce sectionnement, qui est désormais remis en cause, était tout particulièrement effectif». Avec l’ère numérique, la création, la transmission et le partage du savoir se sont démocratisés: tout le monde a virtuellement la possibilité de participé à ces processus.

Au centre de ces évolutions, les bibliothèques se doivent d’évoluer. Les changements sont cependant progressifs: « L’informatique des années 70 – fin 80 ne faisait que prolonger les ressources classiques des bibliothèques : cette innovation était portée par l’utopie encyclopédique d’un ensemble de bibliothèques toujours plus grand coopérant qui serait capable de construire une ressource globalement accessible. Dans les années 90, la révolution numérique est survenue. Bien que la réalité soit bien plus complexe, cette dernière est passée par 3 étapes: le web, le web 2.0 et le web 3.0. L’hypertexte a été le premier fait majeur: celui-ci rassemble des séquences qui n’étaient initialement pas faites pour être combinées, une néo textualité numérique, basée sur des codes et se libérant du livre, a alors émergé. »

Source : Blog Mondo In

rédaction

Textes divers soumis, communiqués de presse et autres publications.

Les derniers articles par rédaction (tout voir)

Vos réactions :