Investissement responsable : Mythe ou réalité?

Logo DesjardinsDepuis plusieurs années déjà, la conscientisation environnementale occupe une grande partie de nos débats en tant que société. Devons-nous fermer Gentilly-2? Le barrage hydro-électrique de la rivière Romaine a-t-il sa raison d’être? Devrions-nous interdire les OGM? Serait-ce pertinent de mettre en place un système de traçabilité des produits afin de savoir exactement d’où provient ce que l’on mange? Tous ces questionnements sont en lien avec la protection de l’environnement ou l’éthique de notre consommation.

Nous vivons à une époque où les termes biologique, naturel, environnemental, éthique, durable et responsable nous sont servis à toutes les sauces, principalement dans le domaine de la consommation. Il existe même, maintenant, certains produits financiers qui utilisent cette terminologie. Le Fonds Desjardins Environnement en est un exemple. Désireux d’investir dans ce fonds et ainsi encourager des entreprises éco-responsables, j’ai décidé de me renseigner un peu plus afin de savoir quelles compagnies bénéficieraient de mon argent. Vous trouverez ci-dessous un résumé de ma recherche.

 

Fonds Desjardins Environnement

Sur le site web de Desjardins nous pouvons lire l’extrait suivant :

« L’objectif du Fonds Desjardins Environnement est de procurer un revenu et un accroissement du capital à long terme. Pour ce faire, le gestionnaire de portefeuille investit principalement dans des actions de sociétés canadiennes sélectionnées à l’aide d’une analyse financière et d’une évaluation complémentaire basée sur des critères environnementaux. »

En poursuivant la lecture, il est possible de découvrir que la sélection des titres est réalisée par un Groupe consultatif en environnement, soit un groupe d’experts indépendants. Le Groupe doit sélectionner les titres en fonction de critères rigoureux qui reposent sur des indicateurs de performances environnementale, sociale et de gouvernance.

Le Groupe est composé de 6 experts issues de différents domaines : biologie, biodiversités, gestion environnementale, droit, responsabilité sociale, etc. Les principaux critères de sélections du Groupe sont les suivants :

  •  Respect d’une politique d’un système de gestion de l’environnement
  •  Indicateurs de prise en charge des responsabilités environnementales
  •  Historiques des accidents et incidents
  •  Amendes et poursuites en justice

Jusqu’ici tout va bien.

En poursuivant ma recherche j’ai pu trouver la liste des 10 principaux titres détenu par le Fonds, classés en ordre d’importance[1]. En date du 28 septembre 2012 ils étaient :

1. Banque Toronto-Dominion
2. Banque Scotia
3. Suncor Énergie
4. Banque Royale du Canada
5. Trésorerie et équivalents de trésorerie
6. Enbridge
7. Cenovus Energy
8. Banque de Montréal
9. Potash Corporation of Saskatchewan
10. Brookfield Asset Management, classe A

Auriez-vous pu dire, en voyant cette liste, qu’il s’agit des 10 principaux titres d’un fonds environnemental? Quatre banques et trois compagnies œuvrant dans le secteur de l’énergie s’y trouvent. À eux seuls, ces sept titres totalisent 41% du Fonds.

Des banques? Quatre en dix titres? Dans un fonds environnemental? En fait, les services financiers représentaient, en date du 28 septembre 2012, 31,9% de l’actif. Je trouve cela un peu exagéré, mais bon, je suppose que c’est tout de même possible, pour une banque, de respecter les critères environnementaux nécessaires.

Ensuite, vous me direz possiblement que certaines compagnies peuvent œuvrer dans le secteur de l’énergie et être pro-environnement, vrai, mais voyons voir. Suncor et Cenovus Energy œuvrent dans le domaine des sables bitumineux, alors qu’Enbridge s’occupe de la production d’oléoduc pour le transport de gaz.

 

L’analyse de Suncor

Suncor, en 2011, c’était 39,3 milliards de revenus dont 72 millions provenant des énergies renouvelables[2]. C’est donc dire que le secteur du renouvelable représente 0,2% des revenus de Suncor et c’est l’éthanol qui occupe la « pole position » de cette catégorie. Plusieurs débats existent autour de cette ressource, qui serait en réalité une ressource semi-renouvelable plutôt néfaste pour l’environnement[3].

Depuis 2009, Suncor a reçu pour plus de 3 millions en amendes, notamment pour avoir déversé des produits toxiques dans une rivière en Alberta et pour ne pas avoir installé un système de contrôle de pollution[4],[5]. Quel était le quatrième critère de sélection d’un titre déjà?

 

Respect de l’éthique et de l’environnement

La Banque Toronto-Dominium a été prise à participer dans une chaîne de Ponzi dans l’une de ses succursales américaine.[6]

La Banque Scotia, ainsi que la Banque de Montréal auraient reçu, lors de la crise financière de 2008 à 2010, plusieurs dizaines de milliards en aide financière du gouvernement canadien sans être contraint de le révéler, car elles étaient protégées par le secret d’État.[7]

La Banque Royale du Canada s’est vu offrir le « prix de la honte » en 2010 à Davos en Suisse, notamment pour être la principale Banque à financer les sables bitumineux de l’Alberta[8].

Enbridge serait de son côté responsable de 804 déversements de pétrole entre 1999 et 2010.[9] Rappelons qu’Enbridge désire, à la demande de Suncor (oui, oui Suncor), réouvir son oléoduc sur la rive-nord de Montréal afin de pouvoir y achemin le pétrole albertain. [10]

 

Ma critique

Non, mais je rêve ou quoi? Comment est-ce possible de retrouver ces titres dans un fonds environnemental qui utilise comme critères de sélections des caractéristiques liées à l’éthique et à la socio-responsabilité des entreprises? Et surtout, comment les retrouver en si forte proportion?

Sommes-nous réellement rendus au point où nous ne pouvons plus nous fier à quelconque produit portant l’une des mentions suivantes : environnement, biologique, socialement responsable, développement durable, etc?

Est-ce que le système actuel est si malade que la confiance envers les entreprises est maintenant nulle et que notre cynisme est tel que, comme nous l’entendons trop souvent par rapport à nos gouvernements, les entreprises seraient toutes rendues du pareil au même?

J’ai la ferme impression que la population est actuellement prise en otage par un système difficile à désamorcer. Est-ce l’œuvre d’une élite mal intentionnée? Est-ce le cumul de mauvaises décisions indépendantes? Est-ce du pur hasard? En fait, c’est probablement un heureux malheureux mélange des trois questions. Toujours est-il que, depuis quelques décennies, une tendance se dessine : travailler plus, pour se payer plus de luxe, pour avoir plus de temps, pour travailler plus, pour se payer plus de luxe, pour avoir plus de temps, pour travailler plus, pour…

Tenez, ça me fait penser à la chanson qui m’a fait découvrir les Vulgaires Machins il y a une douzaine d’année : cocaïnomane[10]. Est-ce que leur chanson devait, finalement, être interprétée au second degré? Le cocaïnomane serait-il en fait qu’un simple travailleur? Allez savoir.

En conclusion, questionnez tout, tout le temps. Travaillez moins, consommez moins, mais surtout, sachez toujours ce que vous consommez et pourquoi vous travaillez. Cet investissement de temps sera possiblement le meilleur de votre vie. Du moins, il risque de mener à de meilleures décisions environnementales et éthiques qu’un investissement dans le Fonds Desjardins Environnement.

Sources


[1] http://www.fondsdesjardins.com/fr/information/00009_environnement_fr.pdf
[2] http://www.suncor.com/pdf/Suncor_annual_report_2011_en.pdf
[3] http://www.radio-canada.ca/nouvelles/environnement/2007/11/07/001-Mais-Ethanol-Enquete.shtml
[4] http://www.cbc.ca/news/canada/calgary/story/2009/04/02/edm-suncor-fined.html
[5] http://kwgn.com/2012/04/02/suncor-fined-2-2-million-for-leaking-cancer-causing-chemical/
[6]http://www.globalnews.ca/td+bank+ordered+to+pay+67+million+for+role+in+billion+dollar+ponzi+scheme/6442562277/story.html
[7] http://www.policyalternatives.ca/newsroom/news-releases/canada%E2%80%99s-secret-bank-bailout-revealed
[8] http://www.bastamag.net/article874.html
[9] http://www.tarsandswatch.org/files/Updated%20Enbridge%20Profile.pdf
[10] http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/365559/suncor-dit-avoir-besoin-du-petrole-albertain
[11] http://www.youtube.com/watch?v=vKmVpPJs8IU

Vos réactions :