Place Alexis Nihon : l’agression de Noël

Je suis l’ultime grincheux de Noël.

Les décorations de Noël et tout ce qui tourne autour tombe en deuxième position après Celine et consorts pour ce qui est de mon palmarès de la kétainerie (j’ai pensé écrire « mauvais goût » à la place de « kétainerie », mais ça aurait peut-être blessé trop de gens… — ajoutez l’émoticône du bonhomme qui tire la langue).

Mais je partage ma vie avec une femme qui aime beaucoup (trop) Noël. Et, par la force des choses, j’ai une petite fille qui adore Noël. Le grincheux en moi n’a vraiment pas beaucoup de place pour s’exprimer, ‘mettons. Et c’est pas plus mal.

Je pense que je peux bien laisser de côté ma liberté de vouloir ne pas me faire envahir par cette fête pour profiter des fruits du bonheur que cela procure aux deux amours de ma vie. Je crois que c’est une belle métaphore de ce que veut dire « vivre en société », non?

Alors quand je vois ce qui se passe avec la place Alexis Nihon, qui aurait cédé aux pressions islamistes pour retirer toute trace de Noël, la mâchoire m’en tombe. Et en ce moment, c’est le branle-bas de combat sur Twitter pour faire de la pression sur le centre commercial. On a même diffusé le numéro de téléphone à rejoindre pour faire une plainte. Je suis tout à fait d’accord.

Tout grincheux a le droit de se faire taire.

Pascal Léveillé

Cofondateur et rédacteur en chef chez Le République
Cofondateur et rédacteur en chef du site Le République (anciennement Le Globe). Blogueur depuis 2007. C'est maintenant ma manière principale d'être créatif, alors que j'ai touché à l'art visuel (études à l'appui), au chant, à la musique et à l'écriture plus fictionnelle.
Justement, j'ai un roman en branle et j'espère pouvoir inscrire ici un jour que je suis aussi écrivain...

Vos réactions :