Manifestations du Sommet 2013 – Lise Ravary, le Bébé Block et la violence acceptable

Lise Ravary publiait un tweet :

Amener des enfants dans une manif à haut risque de violence, ça s’appelle utiliser des boucliers humains. Dégueulassisme.

Je lui ai moi-même répondu en 140 caractères, mais je crains que ce ne soit pas assez précis :

.@liseravary Ce n’est pas d’amener des enfants dans une manif à haut risque de violence qui est dégueulassisme, c’est la violence aveugle…

Non aux poussettesTout d’abord, pourquoi y’a-t-il des manifestations à haut risque de violence alors qu’à la base ce sont des manifestations pacifiques? Pourquoi prêter des intentions aux parents comme quoi ils y vont en toute conscience que c’est une manif à haut risque de violence? Pourquoi ne serait-ce pas plutôt qu’ils pensent que c’est une manif pacifique? Pourquoi le fait d’y amener leur enfant ne serait-il pas plutôt la preuve qu’ils croient que c’est pacifique? Pourquoi ne serait-ce pas plutôt la faute des forces policières qui transforment une situation pacifique en situation violente?

C’est tellement plus facile de dénoncer les parents que les policiers, en tout cas pour certains. Comme c’est plus facile de dénoncer la violence envers les vitrines de banque que celle envers les gens. Mais en choisissant de prendre la part des forces policières, on choisit aussi d’accepter leurs violences et les risques pour tous les manifestants : bébés, enfants, adolescents ou adultes. C’est toute cette violence qui devient acceptable. Dans cette logique, ce n’est pas aux forces policières de cesser la violence gratuite, mais aux manifestants de bien mesurer les risques de leur présence et de celle de leur famille et ami. Donc, si un jour un bébé meurt dans une manif, le mépris populaire devrait tomber sur le parent, tout comme l’oeil crevé et les dents cassées de ces manifestants l’année dernière : « ils l’ont bien mérité… »

Cette culpabilisation des parents telle que la présente Lise Ravary renverse la situation pour que le droit de manifester soit coloré de la peur : c’est un droit à vos risques et périls. Cela rend tout bonnement la liberté conditionnelle au confort et à l’indifférence. Levez-vous et on vous fera savoir par tous les moyens que votre conception de la liberté n’est pas la même que celle du gouvernement, que celle des médias traditionnels, que celle de l’élite financière, etc., et que les forces policières leur sont redevables. Cela ne fait pas seulement mal à des gens, mais à la démocratie aussi, enfin, à ce qu’il en reste.

Oui, objectivement, ce n’est pas la meilleure idée d’amener un enfant à une manif alors qu’il est évident que le mot d’ordre de la police n’est pas d’agir en phase avec la réalité que seulement une minorité des manifestants sont violents. Mais c’est encore moins une bonne idée de donner l’impression par ses prises de position que la brutalité policière est une chose normale et même souhaitable…

*******

Finalement, son tweet s’accompagne d’un court billet qui, à la base, reprenait pas mal les propos du tweet en les étirant. Mais là je viens de voir qu’elle a rajouté un peu de substance :

Elle pointe « un groupe Facebook fermé appelé Bébé Block. » Il faut se fier à sa parole, mais bon, elle semble y voir un groupe très répréhensible qui se sert des bébés comme boucliers humains, mais à la lecture de ce que j’ai trouvé sur le site « Parents contre la hausse », c’est toute autre chose :

Pourquoi un bébé bloc?

Dans le contexte politique actuel, où la répression policière est omniprésente et démesurée, il devient difficile, voir impossible pour certaines groupes de participer aux manifestations et autres actions qui nous interpellent. Un des groupes dont la participation est la plus restreinte est celui des parents et de leurs enfants. Le déploiement et les interventions policières imprévisibles menacent trop souvent leur sécurité. Malgré ce contexte répressif, plusieurs parents veulent se doter de moyens pour continuer à lutter en mettant place les conditions nécessaires pour assurer le bien-être des enfants.

Qu’est-ce qu’un bébé bloc?

Un bébé bloc est un espace délimité dans une manifestation où sont réunis des enfants et les personnes qui en ont la responsabilité (parents, grands-parents, oncles, tantes, amiEs, alliéEs, etc.). Ensemble, ces personnes veillent à la sécurité et aux besoins spécifiques des enfants et des ceux et celles qui les accompagnent afin que tout le monde se sente bien durant la marche. Le bébé bloc est donc un contingent autonome dans la manif qui pourra s’en séparer SI le besoin s’en fait sentir.

Aussi, elle pointe une photo où on voit quelqu’un habillé en noir avec un drapeau noir à côté des poussettes, le seul qui a l’air d’un membre du Black Block : « Si on se fie à cette photo, Bébé Block et Black Block marchent main dans la main. » Eh! bien oui, puisque le Black Block sert entre autres « à protéger la manifestation des attaques policières »…

Et elle termine en demandant : « La DPJ devrait-elle s’en mêler ? »

Il fallait bien une belle grosse cerise sur le « sundae »…

Pascal Léveillé

Cofondateur et rédacteur en chef chez Le République
Cofondateur et rédacteur en chef du site Le République (anciennement Le Globe). Blogueur depuis 2007. C'est maintenant ma manière principale d'être créatif, alors que j'ai touché à l'art visuel (études à l'appui), au chant, à la musique et à l'écriture plus fictionnelle.
Justement, j'ai un roman en branle et j'espère pouvoir inscrire ici un jour que je suis aussi écrivain...

Vos réactions :