Alex Perron et la GGI : quand l’humoriste ne fait pas l’humour

Alex Perron raconte une anecdote dans une interview, choque beaucoup de gens, pour cause, et se défend en disant que c’était une blague.

La supposée blague :

«Pendant la crise étudiante, je n’ai jamais fait autant d’urticaire de toute ma vie, raconte Alex Perron, qui dit détester être en retard. Un soir, je suis passé avec mon char à travers les gens qui défilaient. Je me suis dit : « Si j’en frappe un, ça ne me dérange même pas »». L’humoriste a ainsi provoqué les rires des animatrices Racicot et Rusk. «Un gars s’est arrêté devant ma voiture, j’ai un camion; il m’a fait un signe, j’ai baissé ma vitre et j’ai dit : « Ou tu te tasses ou je te jure que je te passe dessus »», a-t-il poursuivi.

 

Est-ce que vous vous souvenez des dernières fois où un humoriste a fait scandale? Je vais prendre l’exemple de Mike Ward et de sa blague impliquant la petite Cédrika. Parce qu’il a été jusqu’à recevoir des menaces de mort.

Sa blague (qu’il a livré debout sur une scène, avec un micro à la main) :

Revenu Québec, c’est des malades mentaux. Tu leur dois 8 $, et ils vont kidnapper tes enfants. C’est eux autres qui ont la petite Cédrika !

Désolé, mais c’est clair que Mike Ward faisait de l’humour et qu’Alex Perron racontait simplement une anecdote, et que la seule chose acceptable qu’il aurait pu dire pour se défendre c’est qu’il a menti, en général ou en partie. S’il a vraiment traversé une marche avec son véhicule, c’est un imbécile, le reste ne serait que la fioriture de son imbécilité.

Je suis le premier à défendre les humoristes quand les gens prennent leurs blagues pour des propos sérieux, alors je n’accepterai jamais de voir un humoriste se servir de sa notoriété d’humoriste pour amoindrir la portée de ses propos, même s’il les enrobe d’un vernis humoristique.

Alors, voilà, Alex Perron, si tu veux te sortir de cette situation honorablement, avoues ta faute ou avoues que tu as menti. Ça serait la moindre des choses. Y’a tout plein de monde qui te trouvent sérieusement bien courageux d’avoir bravé les « ostie de carrés rouges là, toute [les] artistes ostie de, de, en tous cas [les] mangeux de marde… »

Ce n’est pas parce que t’es un humoriste que t’es toujours drôle.

Pascal Léveillé

Cofondateur et rédacteur en chef chez Le République
Cofondateur et rédacteur en chef du site Le République (anciennement Le Globe). Blogueur depuis 2007. C'est maintenant ma manière principale d'être créatif, alors que j'ai touché à l'art visuel (études à l'appui), au chant, à la musique et à l'écriture plus fictionnelle.
Justement, j'ai un roman en branle et j'espère pouvoir inscrire ici un jour que je suis aussi écrivain...

Vos réactions :